Droit de réponse au journal Courrier International n°1548 (2 au 8 juillet 2020)

Le coronavirus ravive le débat sur la vaccination.

Article p34/35, traduit d’un quotidien hollandais. 

Le titre de l’article était prometteur. 

Hélas, cet article est à l’image du traitement auxquels ont droit les “antivaccins” par les mass media. Quant au débat promis, on repassera !

L'image est floutée, je n'ai pas reçu l'autorisation de la reproduire.

1er paragraphe : On évoque l’incertitude d’une maman pour vacciner son jeune enfant. Fredericke a de nombreux amis qui sont “fermement contre”. Notez bien que  “fermement” est mis entre guillemet par le journal, pour à la fois rapporter les paroles de Fredericke, mais en même temps souligner que ses amis sont peu ouverts aux doutes. De là à qualifier leurs positions d’obtuses, il n’y a qu’un pas que je franchis... Mais Fredericke les comprend un peu. Là on se dit que peut-être ses amis ont quelques bons arguments. Que nenni. Phrase d’après, Fredericke est "une personne rationnelle et elle ne croit pas aux discours conspirationnistes". On n’aura pas attendu longtemps, l’association d’idées est faite : je suis contre les vaccins = je suis conspirationniste (cf secte).

2ème paragraphe : "Le débat sur la vaccination lui déplaît par son côté binaire : soit on est pour, soit on est contre". Sur ce point, on est d’accord : c’est en effet dommage qu’il n’y ait pas d’entente possible. Si la vaccination reposait vraiment sur des données scientifiques, le débat aurait dû être tranché depuis longtemps… Il semble que les choses ne soient pas si simples. Fin du paragraphe : on apprend que Fredericke ne croit ni en l’association hollandaise antivaccinale, ni dans les centres médicaux qui ont des "intérêts en jeu". Intéressant : on parle de croyance. On parle d’intérêt pour les centres médicaux . Lesquels ? Silence sur les hypothétiques intérêts de l’association militante.

3ème paragraphe : Fredericke s’inquiète de devoir injecter un vaccin à son enfant qui est en bonne santé, à cause des risques. Mais ces risques sont des "spasmes bénins et les effets secondaires très rares". J’aimerais partager le point de vue de Fredericke qui finalement n’a pas l’air si inquiète. Fredericke peut-elle m’indiquer où trouver les statistiques sur les risques secondaires des vaccins!!!?… Tellement peu inquiète que Fredericke nous explique qu’elle a eu une dose de vaccin contre la coqueluche pendant sa grossesse, pour éviter au bébé une injection ultérieure. Je ne connaissais personnellement pas cette pratique, ça titille ma curiosité, je vais enquêter ultérieurement…

4ème paragraphe : Sur twitter, alors que le coronavirus a envahi le monde, "les moqueries sont allées bon train : “ils voulaient un monde sans vaccin ? Eh bien, ils sont servis !”" Voilà un tweet bien sympathique choisi par le journaliste qui le qualifie de simple moquerie, parce que quand on parle des “antivaccins”, on peut bien les railler. Faut pas comprendre ce tweet comme “ce sale virus n’a pas de vaccin, c’est bien fait pour vous qui êtes contre les vaccins”. Je tiens tout de suite à répondre à l’auteur du tweet “bienveillant” : je suis pour le libre choix (et pas un monde sans vaccin), de plus je fais tout ce qu’il faut pour avoir une bonne hygiène de vie et entretenir une excellente immunité afin d’affronter ce virus comme j’affronte les autres virus, et enfin je n’attends pas spécialement le miraculeux vaccin contre ce coronavirus, je serai notamment très attentif à la façon dont il a été testé, à ce qu’il contient, et à sa sécurité. Fin du paragraphe : "les antivaccins n’ont souvent pas conscience de la gravité des maladies…" Un jugement classique sur la soi-disant ignorance des antivaccins... (cf mon Dico illustré)

Paragraphe 5 : On apprend que rien qu’aux Pays-Bas (pays de l’article), le programme de vaccination "aurait permis d’éviter de 6000 à 12000 morts depuis sa création en 1953". Notez bien le présent du mode conditionnel et la fourchette du simple au double, ça n’engage que celui qui croit...

Paragraphe 6 : Le taux de vaccination de la rougeole a légèrement augmenté pour atteindre 92,9 %. On nous rappelle ce nombre “magique” qu’il faut atteindre 95 % pour empêcher la propagation du virus (concept de l’immunité de masse). Ma conclusion : il manque 2,1% pour y arriver : qui se dévoue chez les antivaccins ? Lire le chapitre sur l’immunité de masse pour compléter l’info.

Paragraphe 7 : La covid a installé le doute chez les gens par rapport aux vaccins. Les gens ont perdu confiance dans leurs institutions, à cause de la façon dont a été gérée la crise du covid. Je suis sur ce point d’accord, mais je n’ai pas attendu la crise de la covid pour mettre en doute l’intégrité du système de santé français (et pas seulement français).

Paragraphe 8 : Un sondage allemand montre qu’on passe de 80 à 63 % des gens qui souhaitent une mise au point d’un vaccin contre la covid. Une professeure de communication médicale (c’est quoi comme métier ?) dit “même si un vaccin qui fonctionnerait parfaitement serait sans doute insuffisant pour créer une immunité de groupe”. Notez bien le conditionnel d’un vaccin qui "fonctionnerait parfaitement", vu que ça n’existe pas de l’aveu même des laboratoires.

Paragraphe 10 : Les gens s’inquiètent de la vitesse de la mise au point du vaccin anti-covid, et pas des autres vaccins. Mon avis est qu’ils devraient au moins s’inquiéter du vaccin anti HPV, parce qu’il a suivi le fast track aux Etats-Unis : expédié en deux coups de cuillère à pot. (Lire Nicole Délépine et l’hystérie vaccinale).

Paragraphe 11 : "Sur Internet, le mouvement mondial antivaccins a déjà lancé une campagne agressive". Mouvement mondial ? Carrément ? ! Mais quel est le nom de cette mystérieuse “organisation mondiale” digne de figurer dans un James Bond ? et qui aurait lancé cette campagne (armée ?) agressive ? On ne le dit pas, mais attention : on a trouvé une militante qui souhaite rester anonyme (le mystère demeure entier) et qui affirme que la maladie de Kawasaki est causée par les vaccins. Je n’ai pour ma part pas d’avis sur le sujet, quoique j’ai souvenir que les médias se sont affolés une semaine sur cette maladie avec la covid, et puis après, pschitt, plus rien. La militante masquée insiste : le virus ne diffère guère de la grippe. Pourtant on nous rappelle que le virus est 6 fois plus mortel. Je ne m’engagerai pas sur ce terrain des chiffres. Je constate que chaque année l’Ameli (sécurité sociale) nous effraie avec 8 à 10 000 morts par an à cause de la grippe, mais cette année il n’y avait pas eu de morts de la grippe… J’ai compris que quand on meurt en France, on ne sait finalement pas de quoi, et que quand on compte les morts liés à la covid, on ne sait pas si ils meurent DE la covid, ou AVEC la covid, ce qui est différent. Bref, étant un peu cartésien, j’aimerais bien avoir confiance dans les chiffres, mais ça me parait difficile en l’état actuel des choses… (cf les chiffres)

Paragraphe 12 : Des messages tournent sur la toile autour du "philanthrope Bill Gates". Oui, philanthrope. Parce qu’il donne beaucoup d’argent à l’OMS et au Gavi via sa fondation, donc il est philanthrope, il aime l’humanité ou il est généreux, choisissez votre définition. Dire que c’est le 2ème homme le plus riche au monde n’est pas une bonne définition. Il y en a vraiment qui ont des idées mal placées… On l’accuse de vouloir implanter des micropuces pour suivre les effets du vaccin, théorie complotiste. Je laisse la voix du Nord apporter un éclaircissement sur ce point.

https://www.lavoixdunord.fr/756193/article/2020-05-23/coronavirus-vaccin-bill-gates-puces-tracage-le-gros-amalgame

J’avoue ne pas forcément tout comprendre de cette histoire et de l’article dont je vous mets pourtant le lien. Peut-être y a-t-il en effet amalgame des “antivaccins”. Pour autant, si on prête au milliardaire cette fausse théorie, il n’en demeure pas moins que je suis convaincu que notre monde se dirige de plus en plus vers une identification numérique de qui s’est fait vacciné ou pas. Que ce soit Bill Gates qui la porte ou non, à la rigueur peu m’importe. Ce serait une suite probable logique, alors qu’elle s’applique déjà aux animaux de compagnie depuis 2004, sous forme de puce électronique (qui informe entre autre sur les vaccins), si l’on veut par exemple voyager avec son petit caniche à l’étranger. A cela s'ajoute la reconnaissance faciale (elle est arrivée à Nice), et le fichage ADN pour tous (plusieurs dizaines de millions en Chine déjà!) Etant militant pour le libre choix vaccinal, tout cela m’inquiète évidemment, et je ne suis pas le seul !

Paragraphe 13 : "Rien ne prouve que Bill Gates ait orchestré la pandémie du covid". Non, je ne crois pas non plus à cette théorie que l’on attribue aux “antivaccins” dont je fais partie a priori. Je n’en vois pas trace non plus sur mes sites de référence (LNPLV et ALIS). Par contre, pour ces deux associations, il semble clair que Bill Gates ait un projet de vaccination globale avec un traçage (Lire le bulletin N°109 d'Alis par exemple). Cette théorie est-elle vraie ? Erronée ? Scandaleuse ? Peut-on se tromper quelques fois sans pour autant rejeter tous les autres arguments “antivaccinaux” ? Les médias sont-ils des modèles de vertu en matière de vérité ? Et puis, pensez-vous franchement que cette histoire nuise aux affaires de notre milliardaire philanthrope ? Au regard des actions Microsoft côtées en bourse, je n’ai pas l’impression que le gentil et généreux Bill tremble devant ces “antivaccins” médisants.

Paragraphe 14 : Des chercheurs ont "dressé la carte de la guerre mondiale que se mènent pro et antivaccins". Le paragraphe 11 nous avait préparé à la sémantique martiale de cette phrase, mais quand même! Tous à l’abri! Nous sommes en guerre! Tiens, tiens, j’ai une sensation de déjà entendu... On apprend ensuite que les opposants (j’aurai préféré le terme “rebelle” comme dans Star Wars, mais la journaliste semble plus appartenir aux forces de l’empire) influencent plus que les provaccins. Deux choses : la première : en quoi est-ce un problème si les indécis font le choix éclairé des “antivaccins” ? La seconde : je doute fort que les “antivaccins” soient aussi efficaces à influencer les autres qu'on le dit (cf Lobby).

Paragraphe 18 : La professeure (toujours celle de communication) dit qu’il ne faut pas se concentrer "sur un petit noyau d’opposants fanatiques". Encore un adjectif bienveillant à l’égard des “antivaccins” dont le zèle rendrait aveugle (définition du mot fanatique). La professeure préfère parler des personnes "qui se posent des questions plutôt que des personnes qui mettent en doute les vaccins". Elle ajoute "car se poser des questions n’est pas idiot". Mince, j’ai un problème Docteur : si je me pose tout un tas de questions auxquelles les experts ne me répondent pas et que j’en viens à douter, suis-je idiot ?

Paragraphe 22 : Finalement, on apprend que Fredericke fait le bon choix, elle voit de nouveau "clairement pourquoi on vaccine". Elle entend bien faire vacciner son enfant sous peu. "Je ne veux pas qu’il soit stérile à cause des oreillons". En effet, personne n’a envie que son enfant soit malade. Sur ce point, je vous renvoie à deux sujets que je traite : les oreillons, et la peur de la maladie. En tout cas, le débat est tranché : il faut se faire vacciner, vous aviez compris le message ?

Dernier paragraphe : Fredericke dit que la vaccination est un choix difficile à faire pour ses enfants. Fredericke a bien de la chance d’avoir le choix. En France, on ne se pose pas la question du choix : les enfants doivent obligatoirement recevoir 11 valences s'ils sont nés après le 01 janvier 2018.

librechoixvaccinal.fr

Que chacun puisse choisir librement,   de façon éclairée

La pleine lecture de ce site requiert un navigateur Web plus récent qu'Internet Explorer

Mis à jour en février 2021